Lundi 22 octobre 2012 1 22 /10 /Oct /2012 18:50

fille1.jpg

 

A l’espace numérique, ce sont toujours les mêmes qui viennent squatter les ordis : des élèves du collège d’à coté qui profitent d’un trou entre deux heures de cours, des ados du quartier, des qui n’ont pas d’ordinateurs chez eux, d’autres qui en ont mais qui préfèrent l’espace numérique parce qu’on y est « ensemble ».

Je m’occupe de cet espace depuis septembre. Un jour deux garçons que je connais bien viennent prendre des ordis : ils jouent à un jeu dément, hyper graphique, hyper beau, un jeu de stratégie en ligne, juste à coté il y a une petite fille du même âge, elle joue avec un tourniquet de perruques et une poupée chauve en 2D. J’ai envie de discuter un peu avec elle parce que je suis choqué par ce que je vois :

 

-       Et toi alors tu joues à quoi ?

-       Un jeu de fille !

-       Et tu t’amuses ?

Pas de réponse, mais les garçons sautent sur l’occas :

-       HAHA !!  Un jeu de fille ! Nous on joue à un jeu de garçons ! Et toi t’es notre esclave !!

 

Perspicace ! Je rigole du coup, mais je comprends bien ce qui se passe : il existe des jeux gratuits destinés aux enfants et ces jeux sont mis au service d’une chaine de production fabriquant du plus et du moins humain, production qu’on appelle le patriarcat et produit qu’on appelle le sexe. Maitres et esclaves.

 

 

fille2.jpg

 

Jeux Gratuits: pornographie pour enfants

 

Gros consommateur de porn gratuit, j’ai immédiatement fait le rapprochement entre ces jeux dont se gavent les gosses et les tubes comme xvideos ou xhamster : il s’agit grosso modo du même type de plateformes, identiques les unes aux autres, toutes supra laides, gorgées de pubs agressives et d’incitations au clic. Comme pour le porn, il y a du bon et du moins bon, de l’excellent et du franchement dégueulasse. JeuxJeuxJeux.com, Jeux.com, Jeux.fr, Jeuxgratuits-flash.com, et j’en passe.

 

Les jeunes dont j’ai observé  les pratiques sur internet ont une façon d’évoluer dans ce junk space similaire à la mienne quand je cherche du porn, c’est à dire que ces pages sont toutes parfaitement identiques, à quelques détails près : un jeu, en particulier, celui-là plus qu’un autre, qui va les amuser, les  scotcher, et un autre, et encore un autre, et c’est au fil de ces petits points d’attaches, de fenêtres en fenêtres, qu’illes vont tracer leur propre carte mentale.

 

Je ne peux rien dire à ces enfants, concrètement : je suis qui pour leur dire que ces jeux sont moches et stupides, qu’ils peuvent trouver mieux, qu’ils méritent mieux ? Les vidéos que je mate sur xhamster ne sont pas moins misérables que ces jeux pauvrement foutus, ni moins abusives, ni moins connes. Par ailleurs, certains jeux sont très beaux : les jeux de garçons. Et en tant que féministe, cette inégalité ne pouvait que me sauter aux yeux. Puis : à la gorge. Globalement, les jeux auxquels jouent les filles sont laids et idiots, tandis que les jeux privilégiés par les garçons sont complexes et graphiquement soignés.

 

 

fille14.jpg

 

Parmi les études qui m’ont le plus boosté féministement ces derniers temps, il y a le travail de Catherine Vidal. Un verrou à péter : le cerveau est plastique et l’être humain est insoumis. Les hommes viennent de Patriarcouilles, les femmes de Cosmo. Ce qu’on entend tous les jours sur l’incapacité innée des porteuses de vagins à lire les cartes routières et celle des porteurs de couilles à faire deux choses en même temps est devenu miraculeusement fragile, rattatinable en moins de deux. Alors Catherine Vidal, j’y pense forcément dans ma salle info, quand je vois les petites filles s’abrutirent en posant des faux cils sur des têtes à coiffer pixelisées jusqu’à la mort, tandis que les garçons mettent au point des stratégies militaires en temps réel avec plusieurs dizaines de pions virtuels.

 

fille5.png

 

 



Quelques mots sur le genre et la technologie

 

 

La technologie est un enjeu de pouvoir : c’est pourquoi les savoirs et les pratiques qui l’entourent sont distribués le long des lignes de force qui hiérarchisent nos sociétés. La technologie est un enjeu de pouvoir car elle a vocation à repousser les limites de l’homme et à amplifier ses capacités : harder, better, faster, stronger. Et j’emploi homme volontairement, au sens générique/oppressif du terme. Les technologies qui ont été socialement construites comme féminines l’ont été  du moment où elles ne mettaient pas en péril la hierarchies des sexes. Ce sont, par exemple, les technologies informatiques utilisées par les secrétaires et les dactylo. Si les femmes sont globalement écartées de l’usage des fruits technologiques, en revanche, l’accès aux savoirs et aux concepts qui permettent l’existence de ces technologies leur est tout simplement refusé. Les femmes peuvent utiliser leur twingo pour aller faire les courses, mais ce qui se passe sous le moteur n’est pas leur affaire. Question de mise en dépendance, peut on supposer. Ma mère n’a jamais su faire fonctionner un magnétoscope et c’est depuis que son rapport de dépendance vis à vis de mon père s’est inversé qu’elle songe à s’équiper d’un ordinateur portable. La technologie n’est pas masculine en elle-même, mais bien parce qu’elle existe au sein de sociétés patriarcales qui la mettent au service de l’oppression des femmes.

 

 


« Dans la situation présente, le pouvoir est le message le plus important communiqué par l’utilisation masculine de la technologie. Le pouvoir sur la technologie et le monde physique est juste l’un des aspects de la domination des hommes par la société… Le pouvoir des hommes sur la technologie est à la fois un produit et un renforcement de leurs autres formes de pouvoir dans la société. »[1]

 

 

filles3.jpg



Junk Games : corps gratuits et haine de soi

 

Le rapport des jeunes au numérique est l’occasion de revenir sur un concept féministe important, qui me passionne et que je trouve particulièrement effectif politiquement : celui de technologie de genre.  Il s’agit de penser le genre en termes technologiques, comme une somme « d’effets produits dans les corps, les comportements, les relations sociales » (Foucault), c’est à dire à la fois comme « produit et processus » de technologies sociales diverses (De Lauretis). Le sexe ne précède pas la mise en connexion des individus sur les machines : le sexe est le processus et le produit de cette connexion. Mon intuition est que les jeux gratuits constituent une technologie de genre au fonctionnement identique à celui du porn gratuit et dont la gratuité influe précisément sur les types de subjectivités genrées qu’elle produit.

 

fille14

 

De quoi se nourrit cette énorme pieuvre que sont les jeux gratuits pour enfants ? De clics, principalement. Les rouages sont lointains, souterrains, parfaitement abstraits: comme les plateformes de porn, les sites de jeux gratuits ont des allures d’organismes autonomes, animés d’une vie propre. Ils poussent comme des algues. Un slogan dit: « Si c’est gratuit, c’est toi le produit » ! « Produit », dans notre cas, désigne ce qui sort de la chaine de montage du sexe : corps marqués et peinturlurés d’un coté, corps guerriers et amplifiés de l’autre. Dans ce grand aspirateur à clics, la pub joue un rôle évident. Quand les plateformes de porn gratuits nous bombardent de réclames pour faire grossir la bite et trouver des femmes, les sites de jeux pour enfants nous gavent...de pubs pour jouets. "Gagner 20cm en 15 jours" et "Mimzouille: ta nouvelle copine interractive", même combat.

 

fille12

 

Avec la gratuité, le fun est le deuxième critère à prendre en compte lors d'une future étude des jeux gratuits. J’ai cette intuition, alimentée par mes discussions avec les jeunes filles et ma lectures des commentaires sur les sites concernés que les jeux gratuits tendent à produire une féminité déçue et frustrée par le biais d’une gamme de jeux déceptive, c’est à dire volontairement décevante. La plus part des filles que j’ai interrogé sur les jeux auxquelles elles jouent quotidiennement les détestent. Mais elles y jouent. Ce mécanisme psycho-social, procédant d’une violence inimaginable, engendre la haine de soi et casse la subjectivité des joueuses. Le troisième critère, qui fonctionne également pour les sites pornographiques, et sur lequel je me suis peu penché, est la dimension sociale: ces plateformes sont aussi des réseaux sociaux, avec forums, boites mail et commentaires.

 

fille13

 

Le bon fonctionnement de cette technologie politique est garantie par un système de marquage et de compartimentation bien connu qui est celui du système rose/bleu. Si j’écris cet article, c’est parce que je sais, en tant qu’ancien enfant pédé, ce que la transgression des frontières rose/bleu peut avoir d’immense. Immensément douloureuse, quand posté au pied du mur du genre, on se retrouve à regarder les barbelés avec l’espoir d’une vengeance.

 

 

fille18

 

 

Résister sous le régime rose/bleu

 

Cette frontière est hermétique et pétée de mirador. Son imperméabilité est garantie par une signalétique rose/bleu qui, à l’image des champignons vénéneux, évoquent le danger, l’interdit, le châtiment. Je parle depuis un temps, celui des noëls et des anniversaires, où je crevais de chagrin, et de peur aussi un peu, de ne pouvoir demander une sirène en plastique à mes adultes, cette sirène qui, hasard ou pas, change de couleur quand on la passe sous l’eau chaude.

 

fille16-copie-1.jpg

descriptif:

"C’est sûrement la journée la plus importante de toute l’existence de Susie. Elle va se marier avec son amoureux Sven. Mais il y a un hic... cette jolie fille s’est faite mordre par un gang de zombies pendant qu’elle se rendait à l’église et elle fait désormais partie de la ligue des morts-vivants. Oups... Elle a beau s’être faite transformer en mangeuse de chair, elle compte bien épouser son fiancé dans ce jeu d’habillage de mariée pour filles !"

 

 

L’infraction au code rose/bleu suppose une sorte de mort, un châtiment physique, du moins c’est ainsi que je le ressentais quand j’étais gamin. Hasard ou pas, encore une fois, mon attrait pour les jouets de filles s’est transformé en intérêt pour les jouets morbides type Monster Face, qui n’est rien d’autre qu’une tête à coiffer en forme de zombi : on peut difficilement faire plus queer. Le signalétique rose/bleu s’accompagne toujours d’injonctions en lettres de feu : « site strictement réservé aux filles », « site rien que pour les filles », et j’en passe.

 

fille7.png

Celui-ci m'a beaucoup fait marrer...

 

 

Alors oui : certaines petites filles prennent beaucoup de plaisir à jouer à ces jeux de filles, à appliquer des masques de beauté sur des têtes chauves et des faux ongles sur des mains en pixels. Mais d’autres regardent les écrans des garçons à coté du leur et ont dans le ventre cette petite boule noire typique du sentiment d’injustice. Quand elles arrivent au collège, qu'elles grandissent et qu'elles passent les classes, cette petite boule se transforme, parfois en force parfois en frustration.

 

Elles sont une petite bande, quatre filles, du genre à faire du théâtre et à mettre le bordel en classe, elles me font beaucoup marrer et adorent dessiner. Elles sont en sixième, elles viennent quasiment tous les jours à l'espace numérique. Elles trouvent les jeux pour filles "pourris" mais y jouent quand même, l'autre jour elles ralaient parce que "y'a jamais de jeux où c'est les filles qui font la guerre". L'une d'entre elles en particulier - hyper dark, future goth, un berret noir enfoncé jusqu'aux yeux, beaucoup de style pour son âge - est du genre supra vénère. Plus tard, quand elle sera grande, elle veut créer des jeux vidéos. Dedans il y aura son héroïne, La Fille à la Hâche, qui découpent ses ennemis en petits morceaux. Elle aime le sang, les têtes coupées et les manga. Elle déchire absolument tout. L'occasion de me rappeler que moi aussi, je suis né de ce système qui aurait pu avoir ma peau.

 

 fillehache.jpg

 

 

 



[1] Low Beston, Women’s voices/Men’s voices : technology as language, 1988, in Jouët

Par Marguerin
Ecrire un commentaire - Voir les 4 commentaires
Retour à l'accueil

chantier / politique

 

Portrait1.jpg

Portrait2.jpg

Portrait5.jpg

Portrait6.jpg

tumblr_m3d9gqt04t1r84h26o1_500.jpg

tumblr_l2j1e8cRJT1qzp162o1_400.jpg

tumblrpic.jpg

 

 

  elodie petit

editions douteuses

 

 

letag.jpg

  Le Tag Parfait

Culture Porn

 

Contributions NSFW:

 

 

Boris: la revanche des Dudes

 

Jerky Girls: à l'épreuve du foutre

 

 

Lectures du Moment

 

 http://generationscience-fiction.hautetfort.com/images/medium_plaie.jpg

http://ecx.images-amazon.com/images/I/41oVRWKkBJL.jpg

http://img1.imagesbn.com/p/9780231129664_p0_v1_s260x420.JPG

http://ecx.images-amazon.com/images/I/41BYIFBWogL.jpg

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus