Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 décembre 2013 4 12 /12 /décembre /2013 18:43
the-descent_67-copie-1.jpg

Elle est celle qui botte des culs, celle qui gagne à la fin du film, celle qui marave le Méchant, qui le découpe en morceaux, qui lui arrache la tête en hurlant sa joie de vivre. Elle est celle qui voit tous ses amis mourir, celle qui survit à toutes les horreurs, à tous les sévices. Elle est celle qui se cache - dans le placard, sous le lit, dans une carcasse de vache, dans une fausse commune - celle qui hurle, puis, brusquement, celle qui vit, qui se retrousse les manches, qui devient complètement dingue. Elle est celle dont on applaudit les exploits à l'écran, celle qui nous fait péter de joie dans nos fauteuils, parce que le cinéma c'est aussi ça.
Elle est celle qui met le film à l'envers, celle qui renverse le rapport de force, celle qui change l'histoire à tous les coups.
 
C'est Jamie Lee Curtis, c'est Neve Campbell, c'est Sigourney Weaver.
 
Elle est une figure clés de nos mythologies modernes. Elle est la final girl.


 
http://25.media.tumblr.com/6d72f3ad8fb43f53371f661bebbe4f44/tumblr_muxknpSd0I1qj7u8ao1_500.gif
4. Nica (Fiona Dourif) - The Curse of Chucky
 

Ce faux reboot de Chucky (en réalité une suite indirecte au Fils de Chucky) est LA bonne surprise de 2013. Don Mancini s'éclate dans un registre grinçant qu'il maitrise à fond, toujours avec cet humour très gay, bourré de références jusqu'à la gueule. Le choix d'une héroïne en fauteuil roulant (motif récurent du cinéma d'horreur comme du mélodrame), soutenu par deux seconds rôles lesbiens tordants, apporte une réelle complexité à la gamme des personnages féminins habituels, tout en amplifiant le stress des scènes de panique. Fiona Dourif ("fille de", une astuce de casting qui vient nourrir le scénar) compose une final girl athlétique et rancunière. On est pressé de la voir dans un Chucky 7: Requiem, aux cotés de Jennifer Tilly, pour un face à face bien pédé comme il faut.
 
 http://somethingaboutsilence.files.wordpress.com/2012/08/innkeepers-1.png

3. Claire (Sara Paxton) - The Innkeepers
 
Le plus beau film de 2013 doit beaucoup à son héroïne, une fille à la fois ordinaire et extraordinaire, qu'on a immédiatement envie de connaitre. Claire est une fille normale, plus que ça même: elle incarne la normalité ; un prérequis pour que ses aventures soit aussi les nôtres, dés les premières minutes du film. Mais Claire a ce petit truc en plus, ce petit délire, ce supplément de foi qui fera basculer son quotidien assommant dans le paranormal le plus atroce, et en même temps, le plus obsédant, le plus attirant qu'on puisse imaginer. Des fantômes, des murmures, une quatrième dimension, le tout dans un décor inoubliable (un hôtel cotonneux) qui est l'autre grand personnage de The Innkeepers. Sara Paxton, exceptionnelle, est indissociable du rôle qu'elle incarne: elle est là, avec nous, jusqu'au tout dernier battement du film.
Je triche un peu parce que Claire n'est pas une final girl au sens stricte ; mais ce n'est pas non plus une scream queen, son envers sexiste. Elle est complètement autre chose. Une détective en herbe sortie des Chevaliers de Baphomet, à la fois rusée, intrépide, habitée par un désir de voir les fantômes qui appartient à toutes, à tout le monde. Le futur du cinéma d'horreur.

tumblr_mxjhgszWvA1qcbwt9o1_500.jpg

2. Ryan (Sandra Bullock) - Gravity

Avec sa coupe garçonne, son prénom de mec et sa parenté évidente avec Ripley, Ryan a tous les attributs traditionnels de la final girl. Gravity lui-même est un authentique film d'horreur (comme relevé ici) travesti en machin transcendantal pouet-pouet. Mais il s'agit surtout d'une graine de film culte, gavés de répliques totalement hallucinantes ("I just drive...Just...driving..."). Les dix dernières minutes, les plus joyeuses vues au cinéma cette année, couronne Sandra Bullock en meilleure final girl classique de 2013. Dans la ligne droite de The Descent (qui est le jumeau claustro inversé de Gravity) la renaissance du Dr Ryan depuis les ténèbres s'ajoute aux moments les plus marquants du genre féminin-horrifique.
 
tumblr_ms1rqesnc71rwjy1wo1_500.jpg

1. Erin (Sharni Vinson) - You're Next
 
A des années lumières du pathétique American Nightmare (l'autre home invasion sorti en 2013) You're Next est une petite tuerie. Et pour cause, c'est un film entièrement dédié à la figure de la final girl, ici incarnée avec humour par l'énergique Sharni Vision. Après un démarrage constipé, quasi chabrolien (diner chez la belle-famille républicaine) You're Next se transforme en variation hypra gore et féministe de Maman j'ai raté l'avion, avec son lot de pièges mortels faits à la main. Film d'horreur intelligent, You're Next nous parle de l'après final girl, un monde où les petites filles sages se révèlent être des machines à tuer dans les situations de crise. Erin est de celles-là: une barbare "survivaliste", surentrainée par des heures de visionnage d'Aliens en VHS. Fort de cette Ultimate Girl, You're Next s'impose comme le bain de sang le plus savoureux de l'année.

Partager cet article

commentaires

chantier / politique

 

Portrait1.jpg

Portrait2.jpg

Portrait5.jpg

Portrait6.jpg

tumblr_m3d9gqt04t1r84h26o1_500.jpg

tumblr_l2j1e8cRJT1qzp162o1_400.jpg

tumblrpic.jpg

 

 

  elodie petit

editions douteuses

 

 

letag.jpg

  Le Tag Parfait

Culture Porn

 

Contributions NSFW:

 

 

Boris: la revanche des Dudes

 

Jerky Girls: à l'épreuve du foutre

 

 

Lectures du Moment

 

 http://generationscience-fiction.hautetfort.com/images/medium_plaie.jpg

http://ecx.images-amazon.com/images/I/41oVRWKkBJL.jpg

http://img1.imagesbn.com/p/9780231129664_p0_v1_s260x420.JPG

http://ecx.images-amazon.com/images/I/41BYIFBWogL.jpg